Apportez votre soutien à la FCF  |   Contactez-nous  |   FAQ   |  English

Réaliser un rêve – une terre biologique naturelle

Photo: Simon Hart

Texte de Sarah Coulber

Il s’est écoulé plus d’un an depuis que Simon Hart a acheté sa propriété à Mission, en Colombie-Britannique. Depuis, passionnément et avec détermination, il utilise ses connaissances prendre soin de sa terre tout en planifiant la construction de sa nouvelle maison.

Letting nature do its thing — decomposing paper birch with fungi
Photo: Simon Hart

Simon se souvient de la première fois qu’il a vu la propriété. Autrefois faisant partie d’une parcelle boisée familiale de cent acres, « il est évident que le terrain a été, depuis longtemps, laissé dans un état naturel », dit-il. Sa vaste forêt secondaire mature était tapissée de plantes indigènes telles que l’épée d’eau à large feuille, la fougère aigle, la ronce élégante, le sureau ainsi qu’une riche variété de mousses et de champignons. La touche finale:  le terrain longe, sur une distance de 600 pieds, un ruisseau qui héberge des saumons et au moins un grand héron.

Simon's woodland trail
Photo: Simon Hart

Marcher dans cette forêt a envoûté Simon instantanément.  Voyant cette terre habitée d’une richesse, tant au plan de la faune que de la flore, Simon se rappelle s’être dit:  « quel privilège de gérer une telle propriété et de travailler à construire ma maison en harmonie avec la nature. »

C’est dans cet état d'esprit que Simon a défriché une petite partie de sa terre avec la plus grande précaution.  Il a enlevé fougères et mousse du site de construction pour les transplanter ailleurs, souvent dans des endroits endommagés, comme les anciens sentiers empruntés par des débusqueuses pour transporter les arbres abattus jusqu’au chemin principal.  Simon a également récupéré la terre du site de construction pour aménager ses plates-bandes.

Raised blueberry bed
Photo: Simon Hart

Les copeaux de bois utilisés dans les plates-bandes, proviennent des arbres abattus pour l’aménagement de la maison et du champ d’épuration. Certaines plates-bandes sont entourées de rondins de cèdre qui ont chuté naturellement alors que d’autres sont délimitées par des pierres récupérées à même le site de construction. Simon a également choisi d’utiliser, pour ses plates-bandes, du coir de noix de coco plutôt que de la tourbe. Comme la tourbe est plutôt lente à s’accumuler dans les tourbières – un habitat de plus en plus menacé – le coir est une alternative qui connaît une popularité croissante. Bien que plus dispendieux que la tourbe, le prix du coir chute vu la demande grandissante.

Simon a observé sur son terrain certaines plantes envahissantes, comme la ronce discolore et l’épervière orangée. Comme l’allée conduisant à son terrain est en bordure d’une autoroute, il est probable que cette situation soit à l’origine de la présence des espèces envahissantes. Afin de remédier à la situation, il désherbe à la main, quatre fois par année, son allée de 500 pieds ainsi que la forêt environnante. Les mauvaises herbes sont ensuite empilées afin de produire du compost qui servira, à la fois, à amender le sol et comme engrais.

Simon remplace la mauvaise herbe de son allée par des arbres indigènes tels l’érable à grandes feuilles, l’if de l’Ouest, le pin d’Oregon, le cornouiller stolonifère et l’épinette de Sitka. Simon dit que ces arbres sont entourés de plantes récupérées du site de construction ainsi que de « monolithes de bois morts que je vais laisser décomposer dans le sol ». Ceci fournit au sol un apport de nourriture et, d'autre part, l'aide à conserver son humidité. Il s’agit là d’un aspect important aux yeux de Simon qui arrose à la main chaque plante et chaque arbre plantés. Il y en a plus de 200 au total, dont 50 airelles à feuilles étroites (bleuet sauvage) éparpillées sur 3 acres de propriété !

 
Simon Hart and his carefully woven path before shrubs are planted along its length
Photo: Tanya Slautina
 

Quant à la construction de la maison, elle reflète également l'engagement qu'a Simon envers l’environnement. Il a choisi comme source de chauffage un système géothermique – utilisant l’énergie de la terre – avec « une efficacité surajoutée grâce à un isolant  bio pulvérisé » ne contenant aucune substance nuisible à l’environnement. L’utilisation de cet isolant rencontre non seulement les exigences minimales du code du bâtiment en vigueur mais les excède presque du double. Aussi, Simon prévoit récupérer, à même le toit d’acier, l’eau de pluie dans un contenant d’une capacité de 4 000 gallons. L’idée est de laisser l’eau couler dans le jardin afin d’arroser les plates-bandes. Les plantes indigènes bien établies ne nécessiteront aucun arrosage additionnel. De plus, Simon espère construire une serre de petite dimension avec un système de chauffage solaire passif qui implique « un système de captage qui achemine l’air chaud dans le plancher de la serre pour produire une chaleur radiante.» Enfin, le sentier aménagé dans la forêt par Simon, suit une courbe naturelle de sorte qu'il peut, avec son chien, se promener en nature avec l'assurance d'avoir créé un minimum d’impact sur le paysage.

 
Snake sunning on rockery
Photo: Simon Hart
  Until these branches rot down to nourish the earth, they will provide a home for wild neighbours
Photo: Simon Hart

Simon souhaite également mettre en valeur sa terre et offrir davantage d’habitats aux différentes espèces fauniques qui s’y trouvent. Il a disposé de gros morceaux de bouleaux à papier et de cèdres dans des endroits stratégiques afin d’améliorer les espaces habitables pouvant accueillir des insectes utiles et, avec de la chance, des amphibiens. Simon a également disposé trois grosses piles de chicots de manière à offrir des condos d’envergure. À l’entrée de la propriété, un espace rocailleux offrant une bonne exposition au soleil sera aménagé. La combinaison soleil-cailloux est un environnement idéal pour les couleuvres rayées et les lézards-alligators boréals, lesquels occupent une place importante dans la chaîne alimentaire. Simon a choisi de laisser en place sur son terrain le bois mort, en prenant bien soin toutefois de retirer les branches qui pourraient présenter un danger. Le bois mort est d’une importance vitale pour plusieurs espè]ces d’oiseaux. Il leur procure à la fois un site de nidification et attire les insectes qui sont une source de nourriture. Des piles de branches et de feuilles sont aussi présentes sur le terrain. Elles constituent des abris pour une variété de créatures comme la grenouille à pattes rouges.

Dans le souci de travailler en harmonie avec la nature, Simon utilise comme engrais pour son jardin, des matières organiques telles la luzerne, l’algue (pour amender le sol) et le compost de déchets de cuisine et de jardin. Son engagement face à l’environnement dépasse l’aménagement de sa propriété. En effet, il a complété un cours de Maître jardinier organique et travaille pour une entreprise de jardinage biologique. De plus, Simon aide l’entreprise Greenstar Plant Product à mettre davantage l’accent sur des solutions biologiques destinées aux fermiers et jardiniers en contribuant à la recherche et au   développement biologique et en participant à de nombreux évènements de sensibilisation.

Simon réalise son rêve d’habiter une terre biologique naturelle. Cela nécessite des efforts, bien sûr, mais ses efforts sont récompensés. Plutôt que de tenter de contrôler la nature, Simon se plaît à travailler de façon harmonieuse avec celle-ci. Cela lui permet de voir les animaux interagir sur sa terre et d’écouter les oiseaux chanter sur ses arbres. La propriété de Simon a obtenue la certification du programme Habitat côté cour de la Fédération canadienne de la faune. Cliquez sur le lien pour obtenir de l’information sur la façon d'obtenir une certification pour votre propriété. Obtenir plus d'informations sur avoir votre propriété a certifié.

Recherche

Guide de jardinage — Hiver 2009

  • Mot de la rédactrice : Nuances d'hiver
  • L’ornithologie, un passe-temps sain
  • Le polystic faux-acrostic
  • Se rapprocher de la nature dans les Prairies
  • L’imposant rorqual bleu
  • La pépinière de plantes indigènes Acorus Restoration
  • Papiers peint
  • Inscrivez-vous gratuitement
Lire

Zones de rusticité

Choix de plantes en fonction des zones de rusticité

Lire

Ressources