Apportez votre soutien à la FCF  |   Contactez-nous  |   FAQ   |  English

Compostage

Pourquoi ne pas offrir à votre jardin un engrais riche, naturel et sans frais? En même temps, vous réduirez drastiquement la quantité d’ordures ménagères que vous déposerez sur le bord du trottoir. (Près de 30 pour cent des ordures résidentielles apportées au dépotoir sont constituées de déchets de cuisine et de jardin.)

Vous pouvez mettre à l’œuvre quantité de vos résidus grâce à un simple tas de compost. C’est une bonne façon de mettre à profit vos déchets organiques tels les résidus de tonte, les mauvaises herbes et les restes de repas non graisseux. Songez un instant à tous ces restes, aux croûtes de pain, sachets de thé, marc de café, pelures de fruits et de légumes, qui pourraient facilement servir à la flore. Un tas de compost est un excellent engrais pour les arbres, les fleurs et tout ce qui pousse. Vous ferez une grande faveur à votre jardin en permettant au sol de recycler tous ces bons nutriments.

Le modèle de composteur en grillage de basse-cour présenté est simple et efficace. Il existe toutefois plusieurs autres types de composteurs. Vous pouvez vous procurer un composteur commercial dans un centre de jardinage ou une quincaillerie. Votre municipalité en offre peut-être à prix réduit.

Comment faire? | Entretien | Conseils pour mieux composter |

Comment faire?

Trouvez un endroit protégé et ombragé où construire un enclos en grillage de basse-cour. L’enclos doit être de taille à pouvoir accueillir un tas d’environ 1 m de hauteur par 1,5 m de diamètre. Le grillage de basse-cour est vendu en largeur de 3 pi (un peu moins d’un mètre). Il vous faudra un morceau de 4,5 à 5 m (14 à 16 po) de longueur.

Joignez les extrémités du grillage de façon à former un cylindre.

Placez le cylindre à un endroit où le sol est bien drainé.

Commencez votre tas de compost à l’intérieur du cylindre de grillage en formant une base avec des branches pour permettre la ventilation.

Ajoutez ensuite une couche de 7 cm de résidus de tonte, de feuilles, ou de mauvaises herbes, puis une couche de résidus alimentaires (sans viande ou os).

Recouvrez cette couche de 2 cm de fumier sec ou de terre. Vous pouvez aussi ajouter 2 cm de chaux pour accélérer le processus de dégradation.

Répétez ces suites de couches jusqu’à ce que votre tas atteigne 1 m de hauteur.

Entretien

Remuez le tas environ une fois par mois avec une fourche et gardez-le humide pendant les périodes de sécheresse.
Le compost devrait ressembler à une éponge humide mais non détrempée. Vous remarquerez qu’il rétrécit en se décomposant.

Vous pouvez composter à longueur d’année. Le processus sera simplement moins rapide pendant l’hiver.

Après environ neuf mois, votre tas de compost sera prêt à être ajouté à la terre de votre terrain. (Il devrait être foncé et grumeleux.)

Conseils pour mieux composter

Remuez régulièrement le compost avec une fourche. Toutefois, si vous ne voulez pas vous déranger pour cela, le tas deviendra quand même éventuellement une « terre » riche que vous pourrez utiliser dans votre habitat de jardin.

Le tas de compost devrait avoir la consistance d’une éponge humide mais non détrempée. Vous pouvez ajouter de l’eau au tas si vous croyez qu’il est trop sec.

Les résidus et autres déchets se décomposeront beaucoup plus rapidement s’ils sont déchiquetés ou coupés en morceaux avant d’être déposés dans le composteur. (Cette étape n’est pas obligatoire si vous la trouvez trop lourde.)

Vous pouvez couvrir le tas de compost d’un plastique noir pour le protéger des fortes pluies et des détritivores, et lui conserver sa chaleur et son humidité.

Compostez les matières organiques riches en azote, tels les pelures de fruits et de légumes, les cendres de foyer ou de poêle à bois, les coquilles de noix et les résidus de tonte frais.

Compostez les matières brunes riches en carbone, telles les feuilles séchées, la paille, la sciure de bois (en couches très minces) de même que les copeaux et fragments de bois.

Ne compostez pas les excréments d’animaux, la cendre de charbon de bois ou de charbon, la viande, les os, les gras, les produits laitiers, les huiles ou aliments huileux, les restes d’aliments cuisinés (qui contiennent souvent des gras), les plantes mortes ou infestées d’insectes, les couches et les produits sanitaires, les résidus de jardin en bois (à moins qu’ils aient d’abord été déchiquetés), la digitaire sanguine ou toute autre mauvaise herbe que vous tentez d’éliminer de votre jardin.

Ne compostez pas les feuilles ou les restes de rosiers. Les roses sont très vulnérables aux maladies et celles-ci peuvent subsister sur leurs restes.

Si votre tas commence à dégager une mauvais odeur, cela signifie habituellement qu’il ne reçoit pas suffisamment d’air ou qu’il est trop humide. Essayez de rendre le tas plus lâche pour permettre une meilleure circulation de l’air. S’il est trop humide, ajoutez d’autres matières sèches.

Recherche

Guide de jardinage — été 2009

  • Mot de la rédactrice : Un beau matin d’été
  • Discover the World of Animal Tracks »
  • Un jardin néo-écossais
  • L’oriole de Baltimore aux couleurs éclatantes
  • Les cactus du Canada
  • Pépinière « Prairie Originals »
  • Inscrivez-vous gratuitement
Lire

Zones de rusticité

Choix de plantes en fonction des zones de rusticité

Lire

Ressources