Apportez votre soutien à la FCF  |   Contactez-nous  |   FAQ   |  English

Jardiner dans des espaces restreints

Les petits espaces peuvent certes constituer un défi et la diversité d’animaux attirés sera assurément davantage limitée que dans de plus vastes espaces, mais les récompenses de créer un habitat pour la faune, même à petite échelle, sont à la mesure des efforts investis pour générer une touche de nature au pas de sa porte. Les papillons et autres pollinisateurs profiteront des plantes à fleurs qui leur fourniront le nectar et le pollen dont ils ont tant besoin. Les oiseaux se nourriront des insectes attirés par ces mêmes plantes et on a pu constater que certains d’entre eux, tels le rouge-gorge et le roselin familier, peuvent établir leur nid dans des plantes en pots installées sur des balcons situés aux étages supérieurs de tours à appartements.

Il existe quelques trucs qui permettent de créer des habitats fauniques dans des espaces restreints. Il faut avant tout penser en trois dimensions. Ne vous laissez pas étouffer par la faible superficie de votre balcon ou petit jardin : pensez verticalement. Des lierres ou vignes grimpant sur un mur nu peuvent offrir à la faune un abri, du nectar ou des petits fruits, tout en ajoutant à votre intimité ou en camouflant des éléments architecturaux moins élégants que vous serez heureux d’avoir fait disparaître de votre vue.

Gardez à l’esprit que votre modeste espace est en fait l’extension d’un habitat voisin. Pensez à ce minuscule jardin d’une maison en rangée qui attire régulièrement de magnifiques grands pics. En tant que terrain isolé, ce jardin serait bien insuffisant pour faire vivre ces immenses oiseaux. Mais ce jardin a été conçu pour prolonger des éléments d’habitat d’un ravin voisin. Un seul arbre combiné à une petite haie de thuyas et un tapis de fougères et d’autres plantes indigènes amènent les pics à voir ce petit jardin comme une extension de leur territoire forestier. Alors, explorez les territoires environnants. Une prairie voisine pourrait déborder dans votre jardin si vous y ajoutiez une variété de vivaces colorées. Un boisé voisin pourrait être prolongé par un arbuste ou un petit arbre en pot. Vous réussirez davantage à attirer des espèces qui se trouvent déjà dans votre milieu si elles retrouvent chez vous divers aspects d’un milieu qu’elles utilisent déjà.

La diversité est un autre élément important. Ajoutez autant de variété que votre espace le permet. En faisant appel à une diversité de plantes, vous répondrez aux besoins d’habitat du plus grand nombre possible d’espèces. Et songez aussi aux saisons. La plupart des animaux s’activent pendant plus d’une saison. Les conifères, même en pots, sont toujours un bon ajout parce qu’ils offrent un abri en hiver et des sites de nidification au début du printemps.

L’absence d’un jardin traditionnel avec des plates-bandes de terreau n’implique pas que la faune ne puisse se sentir bien accueillie chez-vous. Un balcon ou un patio peuvent être transformés grâce à divers récipients.

Un peu d’imagination et de planification vous permettront d’offrir des habitats cruciaux à la faune, même si vous êtes limité par l’espace. Votre générosité sera récompensée non seulement parce que vous aurez créé une belle oasis de verdure et de fleurs, mais aussi parce qu’un flot régulier de visiteurs fauniques viendra animer votre propre petit coin privé de nature sauvage.

Recherche

Guide de jardinage — Hiver 2009

  • Mot de la rédactrice : Nuances d'hiver
  • L’ornithologie, un passe-temps sain
  • Le polystic faux-acrostic
  • Se rapprocher de la nature dans les Prairies
  • L’imposant rorqual bleu
  • La pépinière de plantes indigènes Acorus Restoration
  • Papiers peint
  • Inscrivez-vous gratuitement
Lire

Zones de rusticité

Choix de plantes en fonction des zones de rusticité

Lire

Ressources